La Coordination Agrobiologique des Pays de la Loire et l’association EBIO s’associent pour dynamiser la filière viande bio en Pays de la Loire. Au travers la sortie d’un recueil technique « Élever des bovins allaitants Bio », elles veulent présenter une filière d’avenir en Pays de la Loire, avec un vrai potentiel de développement. L’autonomie alimentaire des systèmes, la montée en gamme et l’implication des producteurs.trices dans la commercialisation sont trois leviers pour améliorer le revenu des producteurs.trices. Le plus grand défi reste le renouvellement des fermes bio en Pays de la Loire : 30% des fermes bio en bovins viande seront à transmettre dans les 7 ans !

700 fermes en bovins allaitants en Pays de la Loire

La viande bio est une production importante en Pays de la Loire avec plus de 700 fermes et 31 800 vaches allaitantes. La progression est constante grâce aux conversions (+8% en 2018) et aux installations. L’effectif moyen est de 44 vaches allaitantes pour une centaine d’hectares de terre. Un quart des animaux sont vendus en vente directe. La filière longue est organisée grâce notamment à EBIO/Unébio, organisation de producteurs.trices bio.

L’autonomie alimentaire : la clé de la réussite

Nicolas Cousineau, référent viande pour la CAB rappelle dans le recueil technique qu’ « Il n’y a pas de recette miracle, c’est à chacun de trouver son modèle, le socle commun étant l’autonomie et la bonne valorisation des produits. L’intérêt du système herbager et la valorisation de quelques surfaces en cultures à plus forte valeur ajoutée sont des atouts supplémentaires. » Le guide technique est un outil pour découvrir la diversité des systèmes allaitants bio en Pays de la Loire, avec plusieurs témoignages de producteurs et des cas concrets.

La commercialisation : EBIO veut jouer collectif

EBIO commercialise 75% des bovins bio en Pays de la Loire. Son Président, Hervé Simonneau rappelle « que la filière viande doit se structurer avec une implication forte des éleveurs.ses. Au sein de la filière EBIO/Unébio, la grille de prix et les discussions commerciales sont validées par une commission de producteurs.trices. Il y a une demande de viande bio dans les magasins et les boucheries traditionnelles. La consommation reste forte. Le risque serait de ne pas pouvoir y répondre faute de transmission de nos outils de production ». Nicolas Cousineau et Hervé Simonneau regrettent amèrement la fin des aides au maintien des terres en bio en Pays de la Loire : « Cette décision prise par le Ministre de l’agriculture en 2017 est incompréhensible. C’est 7500 € d’aides perdues par an ! C’est un très mauvais signal pour la transmission de nos fermes. Nous demandons que le Plan de relance post-Covid19 répare ce désengagement de l’Etat, avec l’aide du Conseil régional et de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne. Car la place des animaux est indispensable sur notre territoire pour la fertilité des sols et l’utilisation des prairies. Le maintien de l’élevage bio doit être une priorité des politiques publiques »

 Le bien-être animal : une nécessité d’innover

Le guide permet d’argumenter la place de l’élevage dans nos territoires et son utilité pour le maintien de la fertilité des sols. L’approvisionnement local en céréales et protéines végétales passe par l’animal bien élevé… pour autant, de la ferme jusqu’à l’abattoir, la filière viande bio veut progresser dans le bien-être animal. Cette question légitime se pose notamment dans le transport des animaux et l’attente à l’abattoir. Un groupe d’éleveurs.ses travaille depuis 2 ans à un projet d’abattage à la ferme comme une alternative. La CAB et EBIO soutiennent ce projet de 2 unités en Pays de la Loire. C’est par l’innovation permanente que la filière viande trouvera une place dans la consommation et sur nos territoires.

 Contacts

  • Nicolas COUSINEAU (CAB) : 06-68-60-04-08
  • Hervé SIMONNEAU (EBIO) : 07-86-27-04-65
  • Anne UZUREAU (CAB) : 06-24-53-79-69
  • Florent NOUET (EBIO) : 06-12-79-55-16

Disponible sur commande au prix de 20 euros

 

 

Partager

Retour à la liste d’actualités