La CAB a réalisé une large enquête auprès des vignerons bio du Val de Loire, relayé par Loire Vin Bio. La CAB et LoireVinBio tiennent à remercier chaleureusement la centaine de domaines qui a répondu  spontanément  à notre sondage en moins de trois jours.

 

L’enquête confirme la gravité des dégâts sur les vignes

Le gel a principalement sévi dans des zones gélives : il n’est pas non plus surprenant de voir du gel sur les jeunes plantes, le lendemain d’une pluie et dans les bas de pente, mais pas seulement. Tous les cas de figure ont été touchés à cause des trois styles de gelées et du nombre de nuits de gel : 4 nuits quasi consécutives à une température majoritairement de -3°C à -4°C. L’enquête montre que certaines  pratiques agronomiques ont favorisé le gel : l l’herbe sous le rang,  le travail du sol la veille ou la proximité d’un champ à côté des vignes. Il est beaucoup plus surprenant de voir des hauts de coteaux gelés ou des zones qui n’avaient jamais gelé depuis 15 ans par exemple. Certaines parcelles pliées la veille du gel semblent avoir été plus sensibles au gel, paramètres à vérifier par des essais.

 

Quatre gelées fin avril

Tous les types de gel  ont été présents cette année ce qui est la cause de l’ampleur du gel : gel par un vent glacial et sec, gelée noire et gelée blanche. La nuit du 28 au 29 avril a été la plus destructrice par une gelée blanche

  • Le Muscadet a principalement gelé dans les nuits du 25 au 26 et du 26 au 27 avril 2017.
  • La Vendée a principalement gelé dans la nuit du 27 au 28 avril.
  • L’Anjou a principalement gelé dans les nuits du 25 au 26 et du 28 au 29 avril.
  • Le Saumurois a principalement gelé dans la nuit du 28 au 29 avril.
  • La Sarthe a principalement gelé dans les nuits du 26 au 27 et du 28 au 29 Avril.

 

Efficacité des actions préventives

Nous pouvons émettre l’hypothèse que les bougies du commerce, les éoliennes et l’aspersion ont relativement bien agit. L’hélicoptère et les bougies maison ont une action moins régulière. Quant à brûler de la paille, pulvériser de la Valériane, utiliser les FrostGuard (canon anti-gel) donne un résultat très aléatoire. Enfin, quelques pratiques viticoles sont des pistes d’essais sérieuses : non-pliage des baguettes, taille très tardive, tonte, travail du sol hors période de gel, binage précoce. Un produit commercial n’a pas donné satisfaction mais un seul domaine l’ayant utilisé, nous ne pouvons tirer des conclusions.

 

Réunions locales « post-gel »

Comme l’an dernier, la CAB et LoireVinBio ont organisé trois réunions locales, une sur la zone Loire-Atlantique-Vendée, une en Anjou et une dernière dans le saumurois. Ces trois rencontres  ouvertes à l’ensemble des domaines Bio ont réuni une quarantaine de vigneron(ne)s. Lors des échanges, Nathalie Dallemagne a présenté une synthèse de l’enquête GEL en insistant sur les conditions climatiques (température, période de gel…), l’évaluation des surfaces gelées  par territoire, l’intensité et les causes du gel, les actions préventives réalisées. Nathalie Dallemagne a transmis d’autres savoirs et savoir-faire spécifiques au gel au travers de fiches techniques rédigées par la CAB et des informations issues du Canada. Les participants ont abondé cette synthèse par leurs observations personnelles et par  les échos collectés auprès des collègues. Lors des discussions, les participants ont pu proposer des actions à mettre en œuvre pour les domaines Bio dès 2017 et d’autres pour 2018. D’autres réunions locales sont programmées dans la région Centre (Indre et Loire, Loir et Cher, Cher…). L’ensemble de l’expression des participants sera compilé au sein d’un compte-rendu Val de Loire.

 

Des liens avec la filière viticole

Le réseau Bio est conscient qu’une majeure partie des attentes des domaines Bio ne concernent pas obligatoirement que la Bio. En effet, la plupart des syndicats d’appellations planchent sur des actions à soumettre aux services de l’Etat. LoireVinBio a porté les besoins et attentes exprimées lors des réunions locales devant le Conseil d’administration de la Confédération des Vignerons du Val de Loire (CVVL) .Cette structure représentant la famille « vignerons » du Val de Loire est composée de l’ensemble des syndicats viticoles (fédération viticole, FAV…) et de trois syndicats de « métier » (coopération, Vignerons indépendants et LoireVinBio). La viticulture biologique a été reconnue pour ses spécificités et sa représentativité et obtenue deux sièges au conseil d’administration depuis 2016.

 Nathalie DALLEMAGNE et Sébastien BONDUAU (CAB) – mai 2017

 

Partager

Retour à la liste d’actualités