Actualités : Actualités CAB

Share |

La CAB annonce ses orientations pour 2017

2017 : Accompagner le développement de la Bio, dans la coopération et l'exigence d'un projet solidaire et humaniste

Nous avons vécu une année 2016 historique pour l'agriculture biologique avec des indicateurs très positifs : une appétence des consommateurs pour les produits bio et une volonté des producteurs de s'engager en bio (+21% de surfaces bio en Pays de la Loire). Cette dynamique est forte et solide. La bio s'installe durablement dans nos assiettes et dans le paysage agricole de notre région. La CAB veut être volontariste dans le développement de la bio, en conservant une exigence forte sur notre projet (qui ne se limite pas à un label), en coopérant avec de nouveaux acteurs et en restant une organisation innovante sur la transition agricole.
Pour l'année 2017, nous allons structurer notre action autour de 4 axes :

Contribuer à des POLITIQUES PUBLIQUES de soutien au développement de la bio
La mobilisation du 3 mars 2017 à Nantes démontre la nécessité d'une grande vigilance sur les aides à l'agriculture biologique. La CAB va continuer à revendiquer auprès de l'Etat un paiement immédiat des aides conversion et des aides à la reconnaissance (aide au maintien) 2015 et 2016. Les producteurs qui ont décidé de passer en bio doivent avoir une stabilité et une lisibilité de leur trésorerie. Il n'est pas acceptable qu'ils aient à subir un tel délai de paiement. Pour 2017, nous savons déjà que la dynamique conversion demeurera forte avec une prévision d'au moins 15000 nouveaux hectares. C'est une chance pour la région des Pays de la Loire. Les moyens mis en œuvre à travers les politiques publiques doivent s'adapter à cette dynamique professionnelle qui va dans le sens des demandes citoyennes de qualité, d'environnement et d'emploi. La CAB demande à activer le transfert d'aides du 1er pilier vers le 2nd pilier. Nous savons que cette décision est de responsabilité nationale et revient donc au Ministère de l'agriculture. Nous nous mobilisons auprès des acteurs publics régionaux (DRAAF, Conseil régional ...) et professionnels (Chambre régionale d'agriculture, Coop de France, INTERBIO) pour défendre cette position avec eux.

Accompagner la recherche d'AUTONOMIE des fermes bio
Toutes ces conversions aboutissent à des demandes techniques nouvelles. Il n'y a pas de recette miracle en bio : à chacun son savoir-faire. Mais, en jouant collectif par des groupes d'échanges, des formations, des bulletins techniques, nous pouvons arriver à transférer des savoirs entre producteurs. C'est le rôle que se fixe la CAB : être un catalyseur d'informations au service des producteurs. Derrière la technique, la CAB veut porter l'autonomie des fermes comme finalité aux pratiques agricoles. Cet objectif d'autonomie est au cœur du cahier des charges de l'agriculture biologique. Nous serons très vigilants en 2017 sur ce socle réglementaire à consolider pour maintenir la confiance des consommateurs.

Etre acteur dans nos FILIERES
régionalesEn 2017, la CAB réaffirme que l'agriculture biologique peut et doit continuer à se développer. Nous nous réjouissons de la dynamique actuelle. A la question « le Marché peut-il supporter ces conversions ? », nous affirmons que la demande existe (+20% de consommation), que les opérateurs économiques ont des besoins et que les filières bio seront à l'image de l'implication des producteurs bio. Oui, les filières bio se sont fortement structurées depuis 10 ans, en proposant des outils novateurs (planification). Les producteurs ont été très présents dans cette organisation. La présence d'Organisations Economiques de Producteurs Bio (OEPB) est une chance pour la filière bio de notre région. La mise en place des associations de producteurs bio dans chaque laiterie est aussi une innovation intéressante pour coopérer avec les transformateurs. Cette démarche permet de faire évoluer le dialogue social des filières bio pour être dans une relation d'égal à égal. L'objectif est bien de permettre à tous les maillons de la chaîne de dégager une marge équitable, des producteurs aux distributeurs, en passant par les transformateurs. La CAB souhaite œuvrer auprès des producteurs bio, dans leur implication au sein des filières, par une expertise et une capacité à faire du collectif.

La bio au cœur des TERRITOIRES
Les collectivités locales disposent de leviers importants pour accompagner le développement de la bio. La CAB souhaite continuer à les sensibiliser sur leur rôle. En tout premier lieu, on peut citer la restauration collective. L'objectif d'au moins 20% de produits bio dans les assiettes des enfants est possible. Les GAB et le CIVAM Bio 53 ont développé une réelle expertise sur ce sujet et les filières d'approvisionnement sont prêtes : aux élus maintenant de s'engager sur la bio dans leur collectivité. La Bio sur les territoires, c'est la préservation de la qualité de l'eau, des emplois maintenus sur les fermes, des circuits-courts... Par des compétences renouvelées au sein du réseau, la CAB veut développer une expertise pour être à l'écoute des besoins des élus et des territoires.

La CAB souhaite mener ces orientations 2017 avec des partenaires, dans une recherche de coopération. Michel ADAM, grand témoin de notre Assemblée générale 2017 nous a dit que « nous n'avons pas besoin de s'aimer pour coopérer, un seul intérêt commun suffit ». Notre intérêt commun à tous, c'est le développement de la bio en Pays de la Loire. Nous allons œuvrer à travailler en 2017 autour de tous les Acteurs qui partagent cet objectif.


Dernière mise à jour le 24/03/2017

Informations sur ce site

CAB - 9, rue André Brouard - BP 70510 - 49105 ANGERS Cedex 02 - Tél. 02 41 18 61 40 - Laissez-nous un message

Site financé avec le soutien du Conseil régional des Pays de la Loire
et du Ministère de l'agriculture et de la pêche