Les « PPAM » ça ferait presque rêver … la botanique, les plantes aux propriétés particulières, un petit côté magique ! C’est effectivement une bonne première approche mais ça ne suffit bien évidemment pas pour devenir un producteur ! Il faut vite redescendre sur terre, une ferme se doit d’être viable et les PPAM peuvent l’être à condition de n’avoir pas peur de mettre les mains dans la terre, de faire de grosses journées de travail, d’accepter de travailler avec des données que l’on ne maitrise pas comme la météo, qui peuvent parfois mettre la culture en péril.

Si on choisit une commercialisation en circuits courts, la saison hivernale est bien occupée au conditionnement et il faut développer ses compétences en vente et conseil. Et là, tout à coup on ne rêve plus car les réalités s’imposent, et beaucoup trouvent le métier prenant et exigeant. Mais le rêve que sous-tend le choix de cette production doit néanmoins rester un moteur. Car d’un autre côté, tout cela, c’est un défi de tous les jours à relever, des solutions à trouver, une technique à changer, Bref un challenge passionnant. Et quel bonheur de voir une belle production après s’être donné tant de mal. Bonheur aussi de satisfaire une clientèle finale qui retrouve dans nos productions un moyen de prévention et de soin naturel éprouvé par un usage ancien dont l’oubli temporaire ne fait que renforcer le retour, à la lueur des nouvelles découvertes.

La CAB a voulu réaliser ce guide afin d’accompagner les porteurs de projets qui demandent conseil. Un guide pour y voir plus clair et appréhender le métier, aider à approfondir sa réflexion… Étant nous-mêmes souvent sollicités dans ce sens, il nous a paru une bonne idée… afin que rêves et réalités ne soient pas trop éloignés et que les défis d’installations individuelles durables puissent être relevés. Merci à tous les producteurs qui ont bien voulu partager leur expérience, aux différents animateurs et techniciens qui ont participé à son élaboration, et à Alice pour son remarquable travail d’enquête et de rédaction. Mais attention, ne vous attendez pas à trouver ici des réponses toutes faites, ce guide donne des pistes, des témoignages, un premier balisage, mais chaque expérience est unique, la vôtre le sera tout autant. Alors bonne réflexion et bonne lecture …

Mélanie Petiteau et Jérôme Allain (productrice et producteur de PPAM Bio en Pays de la Loire)

PRODUIRE DES PPAM BIO (2018) : disponible aussi sur demande auprès de la CAB en version papier (02-41-18-61-40)

Partager

Retour à la liste d’actualités